Utilisez le sentiment d’urgence à votre avantage en saisissant le moment présent et en répondant aux crises.

Le principe final de l’intrépidité est de laisser l’urgence prendre le dessus sur votre peur.

Tout le monde est capable d’utiliser la peur comme une protection contre le danger, mais elle peut aussi nous empêcher de prendre des risques, d’être audacieux et de faire ce qu’il faut pour réaliser des choses extraordinaires. Une façon de contourner cette peur est de laisser l’urgence prendre le dessus et de céder aux réactions instinctives qui s’enclenchent en cas d’urgence ou de crise.

Quand quelqu’un est dos au mur, l’adrénaline entre en jeu et il se retrouve en train de faire des choses incroyables qui ne se seraient jamais produites dans des circonstances normales. Heureusement, si vous regardez ce qui se passe autour de vous ou ailleurs dans le monde, vous trouverez probablement de la passion à vouloir faire quelque chose pour rendre service. Utilisez cette passion à votre avantage !

L’auteure appelle les personnes qui prennent ce genre de mesures les premiers intervenants et il y en a beaucoup qui ont réussi à faire des choses incroyables pour les autres.

Par exemple, José Andrés est un chef de renommée mondiale avec de nombreux restaurants primés à son nom, mais il est aussi considéré comme “l’image de l’aide humanitaire américaine”. Cette reconnaissance a commencé localement, à Washington DC où il a fondé la DC Central Kitchen pour aider les personnes affamées dans la ville. Mais en 2010, sa mission est devenue la cuisine centrale du monde lorsqu’un tremblement de terre d’une magnitude de 7,0 a causé des dégâts considérables à Haïti.

Mais ce n’était qu’un début : après que l’ouragan Maria ait causé des pénuries de nourriture et d’eau à Porto Rico, Andrés a commencé avec une seule cuisine, servant 1 000 repas par jour, mais a rapidement augmenté ses efforts pour atteindre 175 000 repas par jour – distribuant finalement 3,5 millions de repas à la communauté en rétablissement. Pour Andrés, le rêve américain n’est plus de se procurer une maison, une voiture ou un emploi bien payé. Il s’agit de réussir en faisant quelque chose de bénéfique pour les autres dans le monde.Pour Andrés, l’urgence de la famine le pousse à saisir l’instant présent et à faire ce qu’il peut pour aider. Pour David Gilboa et Neil Blumenthal, les deux fondateurs de Warby Parker, il s’agissait d’offrir aux gens des lunettes qu’ils pouvaient se permettre d’acheter, et c’est pourquoi ils ont intégré le programme “Acheter une paire, donner une paire” dans leur modèle commercial. Jusqu’à présent, ils ont distribué environ quatre millions de paires de lunettes dans les pays en voie de développement

Mayele

GRATUIT
VOIR